C’est officiel : le groupe britannique Merlin Entertainment a bien l’intention de construire un parc d’attraction Legoland® Resort à Charleroi, sur l’ancien site industriel de Caterpillar.

Le numéro 1 européen des parcs d’attraction que l’Agence wallonne à l’Exportation et aux Investissements étrangers avait approché a donc choisi la Wallonie pour déployer son 4e parc Lego en Europe.

Il devrait ouvrir ses portes en 2027 et créer plus de 800 emplois directs. Cet investissement de près de 400 millions d’euros est le 2e plus important en Wallonie ces 10 dernières années (après celui de Google à Mons) et un vrai boost pour le tourisme dans la région.

Deux fabricants de voitures électriques ont d’abord été pressentis, la start-up chinoise Thunder Power d’abord et Tesla ensuite. Amazon, à la recherche d'un hub logistique, a également étudié sérieusement le projet. Apple et Google (qui a choisi Farciennes finalement) aussi. Puisqu’aucun grand projet ne se concrétisait, certains acteurs commençaient à évoquer la division du site en plus petites parcelles. Pour l’Agence wallonne à l’Exportation et aux Investissements étrangers (AWEX) qui était réticente de brader ou de démanteler un tel terrain, la Wallonie manquant justement de grands espaces pour attirer les multinationales, c’est le soulagement ! Le rêve d’un gros acteur industriel va donc bien se concrétiser. Une dernière rencontre avec le groupe avait d’ailleurs encore été organisée en juin dernier par les équipes de l’AWEX à Londres lors de la mission princière au Royaume-Uni avec le Ministre wallon de l’Economie, Willy Borsus et Pascale Delcomminette, Administratrice générale de l’AWEX.

En sus de Legoland, Merlin Entertainments, c’est Sea Life ou Madame Tussaud, soit 140 sites touristiques à travers le monde. Avec un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros, il occupe la deuxième place sur le podium mondial du secteur des parcs d’attraction et à thème, après Disney.

John Jakobsen - CEO, groupe Merlin

Ce qui a décidé ce géant des loisirs à s’installer à Charleroi ? La situation géographique et le potentiel de clients, la taille du site et la main-d’œuvre disponible. « Charleroi est un emplacement idéal avec un marché de 21 millions de personnes à deux heures de route »

La pandémie et le la situation climatique ont aussi joué dans la décision. Le groupe qui construisait ses parcs à proximité des destinations touristiques (comme celui de Windsor, proche du château mais aussi de Londres), privilégie désormais les zones densément peuplées, pressentant que les gens vont sans doute préférer de plus en plus les courts séjours aux voyages plus lointains (le median marge tourism).

"Le tourisme de moyenne distance -3-4h de route- va se développer, a souligné Thomas Dermine, Secrétaire belge d’État pour la Relance et les Investissements stratégique à la conférence de presse qui s’est tenue sur le site de Legoland Discovery center à Bruxelles. « La Wallonie a une belle carte à jouer. Elle constitue un îlot de verdure dans une zone très urbanisée et industrialisée. Mais nous n'avons pas d'attraction vraiment exceptionnelle. Avec le Legoland, nous aurons ce phare qui va attirer des familles pour des séjours en Wallonie, où ils iront à Pairi Daiza, dans les Ardennes et ailleurs. C'est un peu comme l'effet Primark, l'enseigne qui attire les chalands dans un centre commercial."

Eric Domb, CEO et fondateur de Pairi Daiza, se réjouit d’ailleurs de cette « opportunité pour transformer une activité touristique d’un jour en un séjour de 2 ou 3 journées ».

Au-delà de la Wallonie, une telle attraction va de facto renforcer l’écosystème touristique de l’Europe continentale en général et plus particulièrement le Benelux et le nord de la France. Legoland Benelux, qui sera après le Danemark, le Royaume-Uni et l’Allemagne (Bavière), le 4ème parc de la marque en Europe, devrait attirer entre 1,5 et 2 millions de visiteurs par an ! Il comprendra aussi un hôtel.

La marque Lego est aussi très active dans le digital (Lego digital designer) et sa présence à Charleroi, même via un parc d'attraction, pourrait à terme aider à structurer l'écosystème naissant du gaming en Wallonie.

Concrètement, l’investissement estimé entre 370 et 400 millions d’euros sera réparti entre le Groupe Merlin, la SOGEPA (le fond public wallon d’investissement), potentiellement la SFPI (bras financier de l'Etat fédéral) et quelques partenaires bancaires avec une part pour la Wallonie avoisinant les 100 millions d’euros. A noter aussi qu’en moyenne Merlin réinvestit 10% du chiffre d'affaires de ses parcs dans leur rénovation.

Le parc et ses infrastructures couvriront dans un premier temps une surface de 70 ha, tandis que les 20 autres ha permettront au projet de s’étendre dans le futur, ce qui devrait encore augmenter le nombre d’emplois à la clé. 1 000 emplois seront déjà créés dès l’ouverture du site prévue au printemps 2027, dont 800 directs et les autres via l’HORECA et les services.

Source : L’Echo, Trends-Tendances

misc.back to top back to top

Inscrivez-vous à la newsletter

Personnalisez votre expérience de navigation
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Quis ipsum suspendisse ultrices gravida.
Choisissez parmi les options ci-dessous.

Choisissez une option

Formulaire de contact Contactez-nous sur votre projet Contactez-nous via Messenger